Brasserie à Tue Tête

La grande passion de Julien Bretheau, qui n’est formellement plus brasseur car il achète maintenant son moût, demeure le travail de fermentation, réalisé en plusieurs étapes, jusqu’à celle qui se poursuit en bouteilles, sans oublier le passage par la macération avec les fruits, même si l’une de ses productions phare, La Surette, n’en comporte pas. «Il y a aussi un vrai travail d’assemblage pour obtenir un produit constant. Il teste régulièrement mes barriques pour savoir lesquelles se marieront le mieux avec certains fruits.